Les travaux préparatoires, lancés à l’été 2017 sur tous les emplacements possibles, sont terminés, et faisant suite aux travaux traditionnels de dévoiement des réseaux, l’extension de la ligne E avance comme prévu.

Avec les premiers rails livrés sur le chantier et l’acquisition des derniers terrains en cours de procédure, le front des travaux de l’extension de la ligne E à la Robertsau peut commencer en début d’année 2018.

Le nouveau réseau de tramway devrait prendre place au cours du deuxième semestre 2019 dans le quartier de la Robertsau.

Cette extension de 1 400 m de voies nouvelles permettra l’exploitation commerciale de la ligne E sur 1 600 m supplémentaires, en utilisant pleinement les voies de retournement mises en service en novembre 2007 et comprendra 3 nouvelles stations.

Le premier arrêt est la station « Jardiniers », au Sud de la rue des Jardiniers. La station « Mélanie » qui longe le parc de la Petite-Orangerie est le prochain arrêt au Sud de la rue Mélanie. Le terminus, qui pourrait s’appeler « Robertsau / Escale », est situé au droit du centre socio-culturel l’Escale, au Sud de la rue de la Renaissance. Cette extension du tram générera à elle seule une augmentation de la fréquentation journalière de la ligne E de plus de 7 000 personnes en la portant à 56 800 voyageurs par jour, dont 4 000 sur l’extension Nord.

TRAM VERT

Cette extension a ses propres spécificités et comporte même sa part d’innovation sur le territoire de l’Eurométropole. Les 1 400 m de nouveau réseau ne sont pas construits en longeant une voie routière préexistante comme cela est majoritairement le cas depuis 1994, mais sur une percée dans les fonds de jardins, prévue à cet effet depuis 1992 et plus avant encore. Une piste cyclable bidirectionnelle et une voie piétonne l’accompagnent le long de son tracé offrant ainsi des possibilités nouvelles de transit et de promenade du Nord au Sud de la Robertsau, réservées aux modes doux.

Outre la végétalisation quasiment complète de la plateforme tramway et de ses abords, un nouveau procédé expérimenté lors de la réalisation de l’extension du tramway vers Kehl sera mis en œuvre. Les rails ne seront pas fixés sur un radier en béton de 5 à 6 m de large sur toute la longueur du parcours, mais autant que possible sur des longrines séparées supportant chaque file de rail. Cette technologie permet la présence de terre végétale entre les rails sur une profondeur de 60 à 80 cm et limite considérablement le besoin d’arrosage qui peut s’avérer quotidien sur des portions plus anciennes du réseau. Deux à trois points d’eau ponctuels sont néanmoins prévus en cas de stress hydrique dû à une canicule toujours possible. Des espèces plus résistantes de prairies seront également plantées  et entretenues sans pesticides (les produits phytosanitaires sont abandonnés depuis longtemps à Strasbourg).

Les travaux de construction des 1 400 mètres du nouveau réseau vont coûter 16,3 millions d’euros hors taxes, financés par l’Eurométropole de Strasbourg avec une subvention de 7,6 millions d’euros hors taxes de la part de l’Etat et de la Région Grand-Est dans le cadre du contrat triennal. Ce projet comprend aussi 3 nouveaux parkings à proximité des stations dans le quartier, au total une centaine de places de stationnement seront nouvellement aménagées.

 

Cette actualité est extraite du site Strasbourg.eu, l’article original est accessible ICI